Réagir aux attentats

Appel à communications

Congrès de l’AFSP – Montpellier, 10-12 juillet 2017


ST 54 – « Réagir aux attentats »

 

Les propositions de communication devront être envoyées par courriel à chacun des responsables scientifiques de la ST avant le 15 octobre 2016.

Laurie BOUSSAGUET : laurie.boussaguet[at]sciencespo.fr

Gérôme TRUC : gerome.truc[at]cnrs.fr

Les réactions aux attentats constituent un cas d’école de la sociologie des conflits dont il y aurait a priori peu de choses à dire : toute société en proie à une attaque voit sa cohésion se renforcer, ses membres se mobiliser et se rassembler autour de leurs leaders et de symboles fédérateurs. Les intenses débats suscités par le slogan « Je suis Charlie » au moment des attentats de janvier 2015 et, dans un autre registre, l’appel lancé à la communauté scientifique par le président du CNRS, Alain Fuchs, à la suite des attaques terroristes du 13 novembre 2015 ont toutefois fait jour en France un besoin de recherches qui ne se porteraient pas seulement sur l’amont des attentats, c’est-à-dire sur le choix du recours à la violence comme mode d’action politique, mais également sur les attentats en eux-mêmes, les réactions qu’ils suscitent, et leurs effets à court comme à plus long terme dans la société frappée.

L’objectif de la section thématique « Réagir aux attentats » est ainsi d’aider à comprendre les réponses apportées aux attaques terroristes, qu’il s’agisse de celles des autorités politiques comme de celles des citoyens. Quelles politiques publiques privilégie-t-on pour faire face à de telles attaques ? Quelles implications ont-elles au niveau des citoyens (indifférence, apathie, repli sur soi, ou indignation, mobilisation et prises de parole) ? Y a-t-il des ressorts communs aux réactions, qu’elles soient citoyennes ou gouvernementales ? Voilà autant d’interrogations auxquelles cette ST entend apporter des réponses, en écho à toute une littérature anglo-saxonne qui s’est développée à la suite des attentats du 11 Septembre 2001, sur les modalités et la portée des rituels de solidarité et de sécurité que suscitent les attaques terroristes, les enjeux et conflits politiques qui s’y attachent, et en particulier sur les phénomènes de « ralliement autour du drapeau ».

À la fois moments d’effervescence collective et de crise politique, les attentats peuvent être abordés comme des épreuves qui mettent en jeu autant l’État que la société civile. Pour ce faire, deux axes de travail seront ici privilégiés :

1/ Réactions aux attentats et mobilisations

Si les réactions aux attentats se distinguent d’abord par l’ampleur des manifestations de rue auxquelles elles peuvent donner lieu, des travaux ont déjà pu montrer que les mobilisations suscitées par des événements traumatiques ne s’expliquent pas seulement par l’intensité du « choc » éprouvé par les citoyens, mais aussi par le réinvestissement de dispositions militantes préexistantes ou la réactivation d’engagements antérieurs. Dans quelle mesure ce constat peut-il être étendu à d’autres attentats, en particulier à ceux ayant frappé la France en 2015 ?

Le rôle des NTIC dans ces mobilisations post-attentats demande aussi à être étudié de façon plus systématique, tout autant que le rapport de ces mobilisations aux réponses gouvernementales, le plus souvent rapporté à une simple « récupération politique » d’élans de solidarité populaire dont la « spontanéité » tend à être idéalisée. Comment circulent slogans et symboles entre le pouvoir politique et la société civile ? En quoi les discours portés sur l’attaque terroriste par les représentants politiques pèsent-ils sur l’expérience qu’en ont les citoyens et la façon dont ils y répondent eux-mêmes ?

2/ Réactions aux attentats et politiques publiques

Si les politiques de sécurité mises en œuvre par les démocraties occidentales en réaction aux attaques et à la menace terroristes ont déjà été bien étudiées, de même que, dans une certaine mesure, les politiques mémorielles, un chantier reste en large partie à explorer : celui de l’action publique dans les situations de crise ouvertes par des attentats, et de sa portée symbolique.

À cet égard, on veillera à ne pas borner les recherches aux seules politiques publiques mises en œuvre en réaction aux attentats, mais à analyser également ce que les attentas font à des politiques déjà existantes, y compris dans d’autres domaines que ceux de la sécurité et de la justice, tels que l’éducation ou l’immigration, par exemple. En quoi les attentats peuvent-ils infléchir plus ou moins durablement les modalités de mise en œuvre de certaines politiques, ou peser sur des arbitrages budgétaires entre les différents domaines d’intervention de l’État ? Dans quelle mesure peuvent-ils contribuer à une redéfinition du sens et de la portée de l’action publique ? Des travaux sur l’état d’urgence et le débat autour du projet de réforme constitutionnelle consécutifs aux attentats du 13 novembre 2015 seraient, de ce point de vue, particulièrement appréciés.

Dans un cas comme dans l’autre, les communications permettant une comparaison dans le temps (entre attentats d’hier et ceux d’aujourd’hui) ou dans l’espace (entre attentats en France et ailleurs en Occident ; entre attentats ici en Occident et ailleurs dans le monde), seront également valorisées.

Version anglaise : “ST 54 – Responding to terrorist attacks”

Sociology of conflicts considers a priori that any society that is attacked tends to increase its cohesion, each of its members gathering behind its leaders and symbols. The popular moto « I am Charlie » after the January 2015 attacks in Paris and the call for proposals published by the CNRS after the November attacks have highlighted the need for research focusing not only on violence as political means of expression but also on the attacks themselves, the reactions they have originated and their short and long term effects on society.

The objective of this section is thus to contribute to shed light on responses to terrorism attacks, whether these responses are those of individuals or of public authorities. What kind of public policies have been favoured? What is their impact on citizens (indifference, rejection, withdrawal, outrage, mobilization, deliberation)? What do the various responses share in common? These questions will be at the core of our discussions and are inspired by social scientific literature developed after 11 September: it explores rituals of solidarity and security, political debates and disputes about ‘appropriate’ reactions, as well as « rally around the flag » phenomena.

At the same time moments of collective effervescence and political crisis, terrorist attacks can be addressed as upheavals of the State and of the civil society. Two main lines of research will then be prioritized:

1/ Responses to terrorist attacks and mobilizations

First, reactions to terrorist attacks are noticeable by the scale of street demonstrations that they generate. Previous research showed that mobilizations caused by traumatic events are not only due to the strength of the “shock” experienced by citizens, but also to the reinvestment of pre-existing militant capacities and habits, or the reactivation of previous involvements. To what extent can this finding be extended to other terrorist attacks, such as those that struck France in 2015?

The role of NICTs in these post-terrorist attacks mobilizations also needs to be studied more systematically, as well as the relationship between these mobilizations and government responses (which are often reduced to a “political exploitation” of “spontaneous” displays of solidarity, whose spontaneity tends to be idealized). How do slogans and symbols circulate between political power and civil society? In what way do words employed by political leaders to qualify the terrorist attacks influence the experiences that ordinary citizens have and the way they respond to these events?

2/ Responses to terrorist attacks and public policies

If public policies focusing on fostering memory of historical events and security policies implemented by western democracies facing terrorist attacks have been well studied, the public action developed in crisis situations triggered by such attacks, as well as its symbolic value, are still largely unexplored.

In this respect, all policies developed as responses to terrorist attacks will be taken into account; but it is also important to analyse how the attacks have affected existing policies, including in fields other than security or justice, such as education or immigration. How have terrorist attacks impacted the implementation of some policies, or influenced public spending decisions? How can they contribute to redefine the scope, the value and the meaning of public action? From this point of view, researches on the state of emergency and the project of constitutional reform in the wake of the 13-November attacks would be particularly appreciated.

In both cases, communications with a comparative outlook (across time and space) will be welcome.

 

Références

BAUDOT Pierre-Yves. 2015. « Le 11-janvier : crise ou consensus ? », La Vie des idées : http://www.laviedesidees. fr/Le-11-janvier-crise-ou-consensus.html.

BAUM Matthew A. 2002. “The Constituent Foundations of the Rally-Round-the-Flag Phenomenon”. International Studies Quarterly 46 (2): 263–98.

____. 2013. “The Iraq Coalition of the Willing and (Politically) Able: Party Systems, the Press, and Public Influence on Foreign Policy”. American Journal of Political Science 57 (2): 442–58.

BIGO Didier, BONELLI Laurent et DELTOMBE Thomas (dir.). 2008. Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte.

BOUSSAGUET, Laurie, FAUCHER, Florence. 2016. « Mobiliser des symboles pour répondre au terrorisme. L’exécutif français face aux attentats de 2015 à Paris », Policy Brief, LIEPP, Sciences Po, à paraître.

CHOWANIETZ Christophe. 2010. “Rallying around the Flag or Railing against the Government? Political Parties’ Reactions to Terrorist Acts”. Party Politics 17 (5): 673–98.

CLOSS STEPHENS Angharad et et VAUGHAN-WILLIAMS Nick (ed.). 2009, Terrorism and the politics of response, Londres/New York, Routledge.

COLLINS, Randall. 2004. “Rituals of Solidarity and Security in the Wake of Terrorist Attack”, Sociological Theory 22 (1): 53–87.

COSER Lewis A., 1982, Les Fonctions du conflit social (trad. M. Matignon), Paris, Puf [1956 et 1967].

DOBRY Michel, 1986, Sociologie des crises politiques : la dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

HETHERINGTON Marc J., et NELSON Michael. 2003. “Anatomy of a Rally Effect: George W. Bush and the War on Terrorism”. Political Science & Politics, no. 1 (January): 37–42.

LATTÉ Stéphane. 2012. « La “force de l’événement” est-elle un artefact ? Les mobilisations de victimes au prisme des théories événementielles de l’action collective », Revue française de Science politique, vol. 62, no 3, p. 409-432.

____. 2015, « Le choix des larmes. La commémoration comme mode de protestation », Politix, n°110, p. 7-34.

LINHARDT Dominique. 2012. « Épreuves d’État : une variation sur la définition wébérienne de l’État », Quaderni, no 78, p. 5-22.

MEGIE Antoine. 2004. « Le 11 septembre : élément accélérateur de la coopération judiciaire européenne ? », Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, n°55.

SAMPEDRO BLANCO Victor F. (ed.). 2005. 13-M : Multitudes on line, Madrid, Los libros de la Catarata.

SÁNCHEZ-CARRETERO Cristina. 2006. « Trains of workers, trains of death : some reflections after the March 11 attacks in Madrid », in J. Santino (dir.), Spontaneous shrines and the public memorialization of death, New York/Basingstoke (R.-U.), Palgrave, p. 333-347.

____. (ed.) 2011. El Archivo del duelo : análisis de la respuesta ciudadana ante los atentados del 11 de marzo en Madrid, Madrid, CSIC.

SIMKO Christina. 2015. The Politics of Consolation Memory and the Meaning of September 11, Oxford, Oxford University Press.

SIMMEL Georg, 1999 (1908), Sociologie : études sur les formes de socialisation (tr. fr. L. Deroche-Gurcel et S. Muller), Paris, Puf.

THOUVEREZ Ludivine. 2004. « « Mr Azn@r, parT » : manipulations informatives et révolte SMS du 11 au 14 mars 2004 en Espagne», Amnis: Revue de civilisation contemporaine Europes/Amériques, n°4, 2004 : http://amnis.revues.org/710.

TOTA Anna Lisa. 2004. « Ethnographying public memory : the commemorative genre for the victims of terrorism in Italy », Qualitative Research, 2004, vol. 4, n°2, p. 131-160.

____. 2005. « Terrorism and Collective Memories : comparing Bologna, Naples, Madrid 11 March », International Journal of comparative Sociology, vol. 46, n°1-2, p. 55-78.

TRUC Gérôme. 2011. « Le politique aux marges de la commémoration : une ethnographie des cérémonies de commémoration officielle des attentats du 11 mars 2004 à Madrid » in M. Berger, D. Cefaï, C. Gayet-Viaud et J. Stavo-Debauge (dir.), Du civil au politique : ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Peter Lang, 2011, p. 205-227.

____. 2012. « Aux victimes du terrorisme, l’Europe reconnaissante ? Portée et limites de la Journée européenne en mémoire des victimes du terrorisme», Politique européenne, no 37, 2012, p. 132-154.

____. 2016. Sidérations : une sociologie des attentats, Paris, Puf.

WILLIAMS Laron K., KOCH Michael T., et SMITH Jason M. 2013. “The Political Consequences of Terrorism: Terror Events, Casualties, and Government Duration”. International Studies Perspectives 14 (3): 343–61.

 


Une réflexion au sujet de « Réagir aux attentats »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *