Janvier 2015 : les collectes par les archives municipales françaises

Trois villes françaises ont entrepris des démarches de sauvegarde des messages issus des mobilisations collectives de janvier 2015 en réaction aux attaques terroristes : Rennes, Toulouse et Saint-Étienne, auxquels s’ajoutent un dépôt de plusieurs dizaines de documents au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerrané (Marseille), ainsi que l’initiative de l’université d’Harvard.

Pour chacune des villes, les décisions de collecte ont été prises, avec l’accord préalable du cabinet du maire,  mais dans l’urgence, compte tenu des menaces météorologiques (une pluviométrie élevée). Les trois collectes ont ainsi été réalisées entre le 13 et le 16 janvier 2015, soit peu de temps après la formation de ces autels de rue.

Villes concernées Lieu de la collecte Date Nbres items
Rennes Hôtel de Ville, place de la mairie  14 janv. 2015 700 env.
Toulouse  Hôtel de Ville, place du Capitole  16 janv. 2015 420
Saint-Étienne  Hôtel de Ville, place de l’Hôtel de Ville  13 janv. 2015 279

Les archivistes ont ainsi collecté plusieurs centaines de documents, qui ont subi une phase de séchage, de traitement, et parfois de restauration. Ces documents constituent un fond inédit pour les archivistes, peu habitués à intervenir sur ce type d’objets, et dans de telles conditions. En effet, si l’urgence est un facteur constitutif du métier, la médiatisation des opérations est quant à elle bien plus inhabituelle.

Les fonds sont essentiellement composés de pancartes en papier, carton, tissu ou dans des matériaux récupérés, mais également d’objets plus insolites : des stylos (par dizaines pour Rennes), des unes de journaux, des bougies, ou encore un agrume et un bavoir pour enfant avec écrit « Je suis Charlie ». Tous les archivistes disent avoir été frappés par la forte présence de la formule « Je suis Charlie », le visuel de Joachim Roncin étant soit simplement imprimé, soit repris de façon manuscrite, voire détourné1.

En outre, la portée symbolique de ces hommages dépend des usages qui en sont fait. Si une partie a été pensée en premier lieu pour la rue (notamment pour les rassemblements), ils ont été par la suite ou parallèlement, soit déposés sur les mémoriaux éphémères, soit jetés, soit, et dernière option, rapportés au domicile. Donc, dans l’ordre : objets militants, offrandes, détritus ou souvenirs, puis archives-témoins, donc objet de mémoire, pour les documents qui ont été conservés par les archivistes.

capture-decran-2016-11-19-a-18-11-19

Si les archivistes ont pris différentes mesures préventives pour informer et rassurer la population sur la nature et les objectifs de ces opérations, certaines réactions d’incompréhension voire de rejet ont pu être observées, bien que très minoritaires. C’est le cas par exemple à Rennes où les archivistes ont constaté,  suite aux collectes, la présence de nouvelles pancartes dans la niche de l’Hôtel de ville : « Qui a fait ça ? Qui a enlevé nos bougies ? Qui a enlevé nos crayons ? Qui a balayé notre colère ? Qui masque nos larmes ? Rendez-nous ce que nous avons déposé ici ! »2.

À ce jour, tous les documents ont été numérisés et sont consultables sur les sites internet des trois services d’archives.  La ville de Toulouse a d’ailleurs mis en ligne un dossier très complet.

1 Bazin Maëlle, « L’énonciation d’un deuil national. Usages de « Je suis Charlie » dans les écritures urbaines », in Le défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats, Lemieux éditeur, 2016, pp. 153-186 ; « Quand les archives collectent la mémoire de l’éphémère », Place Publique, n°39, janvier 2016, pp. 106-109.

2 Archivistes !, Association des archivistes français, avril-juin 2015, n°113, 59 p.


Une réflexion au sujet de « Janvier 2015 : les collectes par les archives municipales françaises »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *