Tous les articles par Gérôme Truc

Les mondes scolaires français au prisme des événements de janvier et novembre 2015

Nouveau séminaire à l’EHESS

par Emmanuel Saint-Fuscien,
maître de conférences de l’EHESS, rattaché au CESPRA

Du 18 novembre 2016 au 19 mai 2017

Les 1er et 3e vendredis du mois de 9 h à 11 h
EHESS, salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris

« Nous interrompons cette année notre séminaire sur les liens entre l’école et la guerre de 1870 à 1945 en Europe, pour nous consacrer aux mondes scolaires français au prisme des attentats de janvier et novembre 2015. Alors même que nous tentions de bâtir une typologie des relations multiformes entretenues entre la guerre et l’école en Europe, les événements de 2015, souvent vécus au sein même des mondes scolaires comme des « actes de guerre », se sont imposés à notre regard.

La façon dont ils ont été représentés par les médias, les enseignants, les élèves, a éclairé, sans doute d’une façon nouvelle, les attentes sociales stupéfiantes entourant l’école du premier et second degré. Les attentats n’ont-ils pas entraîné par ailleurs dans les enceintes scolaires des circulations (inédites ?) de gestes, de mots, de tensions, d’émotions entre élèves et professeurs ? N’ont-ils pas même brièvement bouleversé les procédés de transmission, de mise en récit, d’information, de contextualisation déployés en salle de classe ou en CDI ? Ils ont en tout cas rendu visible les modalités de prise en charge de l’événement de l’administration scolaire (circulaires, minute(s) de silence, injonctions du ministre, des rectorats, des inspections, relai des chefs d’établissement, etc.) Mais de quelle manière ? Avec quels effets ?

C’est l’ensemble de ces questions que nous aimerions aborder collectivement au sein d’un séminaire de recherche dans lequel les étudiants seront pleinement associés. Les validations se feront par travaux, enquêtes de terrain, constitutions de corpus divers (exercices scolaires, dessins,  entretiens, questionnaires, sources administratives, etc. ), mutualisés par des séances de présentations. »

Plus de renseignements sur le site de l’EHESS.

Réagir aux attentats

Appel à communications

Congrès de l’AFSP – Montpellier, 10-12 juillet 2017


ST 54 – « Réagir aux attentats »

 

Les propositions de communication devront être envoyées par courriel à chacun des responsables scientifiques de la ST avant le 15 octobre 2016.

Laurie BOUSSAGUET : laurie.boussaguet[at]sciencespo.fr

Gérôme TRUC : gerome.truc[at]cnrs.fr

Les réactions aux attentats constituent un cas d’école de la sociologie des conflits dont il y aurait a priori peu de choses à dire : toute société en proie à une attaque voit sa cohésion se renforcer, ses membres se mobiliser et se rassembler autour de leurs leaders et de symboles fédérateurs. Les intenses débats suscités par le slogan « Je suis Charlie » au moment des attentats de janvier 2015 et, dans un autre registre, l’appel lancé à la communauté scientifique par le président du CNRS, Alain Fuchs, à la suite des attaques terroristes du 13 novembre 2015 ont toutefois fait jour en France un besoin de recherches qui ne se porteraient pas seulement sur l’amont des attentats, c’est-à-dire sur le choix du recours à la violence comme mode d’action politique, mais également sur les attentats en eux-mêmes, les réactions qu’ils suscitent, et leurs effets à court comme à plus long terme dans la société frappée.

L’objectif de la section thématique « Réagir aux attentats » est ainsi d’aider à comprendre les réponses apportées aux attaques terroristes, qu’il s’agisse de celles des autorités politiques comme de celles des citoyens. Continuer la lecture de Réagir aux attentats

Les registres de la mémoire

Les Registres de la mémoire

Enquête sur les registres de condoléances ouverts à la Mairie du 11ème arrondissement de Paris après les attentats du 13 novembre


Focus sur un projet de recherche portée par Hélène Frouard, historienne au CNRS (UMR 8558), et bénéficiant d’un financement du CNRS dans le cadre de l’appel « Attentats-recherche ».

 

Frouard

 

Dimanche 15 novembre 2016. Sur le parvis de la mairie du 11e arrondissement de Paris, à mi-chemin entre la salle de spectacle du Bataclan et le café La Belle Equipe, une table est dressée. Elle est couverte de fleurs et de bougies déposées par des anonymes. En son centre, des registres de condoléances ont été placés par le personnel municipal. Les passants se recueillent et y déposent leur témoignage.

Le projet « registres de la mémoire » a pour objectif d’analyser ces registres de condoléances, ouverts de novembre 2015 à février 2016. La première partie de l’enquête cherche à comprendre l’irruption de cet objet singulier dans le paysage public, en étudiant sa matérialité et ses usages. Elle interroge ainsi le rôle joué par ces registres dans la prise en charge de l’émotion publique. Elle est fondée sur des entretiens auprès du personnel municipal, des élus et des signataires des registres.

La seconde partie porte plus précisément sur les registres eux-mêmes. Elle repose sur une analyse statistique et lexicométrique de leur contenu. Elle a pour objectif de contribuer à comprendre les modalités de construction de la mémoire collective des attentats.

Contact : registres [at] ehess.fr