Archives de catégorie : Recherches en cours

Médias et attentats

Le Temps des médias. Revue d’histoire

Appel à articles

Dossier

Médias et attentats (titre provisoire)

Parution : automne 2019

Par l’attentat, le terroriste cible la destruction d’une figure ennemie mais, plus systématiquement, vise la médiatisation, recherche la visibilité, convoite la postérité par l’image pour atteindre son objectif politique. Mais les attentats qui surviennent sur le territoire d’une communauté nationale suscitent une couverture médiatique dont l’intensité ne fait généralement que répondre à un besoin accru d’information de la part des publics (Lefébure & Sécail, dir. 2016). Dès lors, comment informer sans faire le jeu de la propagande ? Depuis 2015, en France, la réflexion sur le traitement journalistique des attentats s’est intensifiée en réaction aux critiques exprimées par le régulateur de l’audiovisuel et par des citoyens isolés ou rassemblés dans le cadre d’associations de victimes. Il importe donc de considérer ce moment de médiatisation spécifique comme un objet à part entière (Garcin Marrou 2003, Dayan 2006, Bugnon 2015) et de comprendre, à la lumière de la longue durée historique, en quoi les attentats constituent un point de cristallisation des sociétés passées et présentes (Frau-Meigs 2005, Truc  2016).

Rétive à toute définition précise, la notion d’attentat renvoie à un spectre large d’événements dont les logiques singulières peuvent varier selon les contextes historiques, les moyens mis en œuvre par leurs auteurs et les finalités de l’acte. Des premiers tyrannicides dans la Grèce antique aux attaques terroristes à l’époque contemporaine, on retiendra ici une acception large du terme qui repose sur deux critères principaux : le surgissement de la violence dans l’espace public et la visée politique de l’acte. L’attentat terroriste, pour sa part, émerge plus spécifiquement dans le contexte révolutionnaire de la fin du XVIIIème siècle et induit un basculement de l’événement : l’enjeu n’est plus seulement la cible de l’attentat elle-même mais bien la désintégration d’un système politique existant, voire l’avènement d’un nouveau système. Au-delà de la singularité de ces « moments terroristes », une filiation existe donc bel et bien entre la « terreur » révolutionnaire de 1793-94, les actes de « propagande par le fait » des anarchistes au XIXème  siècle, les attentats d’extrême gauche ou d’extrême droite dans les années 1970, les attentats d’organisations indépendantistes ou encore le « terrorisme djihadiste » qui s’est intensifié depuis les années 2000.

Comme le tyrannicide (Cottret 2009), le terrorisme a une histoire (Sommier 2000, Ferragu 2014). En revanche, l’histoire de la médiatisation de cette « propagande par le fait » reste largement à écrire. Ce dossier du Temps des médias entend contribuer à combler ce vide historiographique en ayant pour objectif de dégager les enjeux de la publicisation des événements regroupés sous cette catégorie générique d’ « attentat ». Il s’agira de comprendre la façon dont les médias se saisissent des attentats à différentes époques et le répercutent auprès de leurs contemporains. La « question médiatique » pouvant induire une périodisation trop contemporaine de l’objet, nous intégrons plus largement la notion de « publicisation », qui renvoie ici à la mise en visibilité des attentats et à une forme de « proto-conscience » des effets de leur mise en scène auprès d’un public. Ainsi, l’étude des médiations oralisées (contes, chansons, lectures publiques…) ou matérialisées (statues, stèles, etc.) des récits, repérables dans l’Antiquité ou au Moyen-Age, s’intègre pleinement dans ce dossier.

Comment et sous quelles conditions le surgissement des violences politiques émerge-t-il dans les récits médiatiques ? L’événement terroriste renvoie-t-il à une catégorie d’information spécifique ? La figure de la menace, du régicide au terroriste, procède-t-elle d’une mise en récit distincte des autres types de menaces criminelles ? Du point de vue de la réception, quel est l’impact de la médiatisation sur les citoyens ? La médiatisation des événements terroristes fait-elle émerger des régimes d’émotion spécifiques à travers les époques ? Comment les attentats façonnent-ils les imaginaires des contemporains et, le cas échéant, stimulent-ils des discours politiques ?

Les objectifs de ce numéro sont multiples. Il s’agira d’abord de pouvoir caractériser les formes de traitement médiatique de certains attentats et leurs évolutions selon les contextes nationaux et les périodes historiques. Un deuxième objectif est d’établir dans quelle mesure l’événement terroriste revêt un caractère d’ « exceptionnalité médiatique » en rupture avec d’autres types d’attentats. Enfin, un troisième objectif est de renseigner le rôle des médias en général dans la saisie et la mise en débat des événements terroristes dans l’espace public.

Les propositions pourront étudier dans une perspective synchronique ou diachronique :

  • Le traitement médiatique spécifique de certains attentats en France ou dans d’autres pays ;
  • La mise en récit des catégories d’attentats au regard de la nouveauté ou récurrence de leurs modes opératoires (attentat aveugle, attentat-suicide, etc.) ;
  • La place de certaines figures (victimes, terroristes, experts, policiers, etc.) dans les récits médiatiques ;
  • Les conditions de production de l’information dans les contextes terroristes ;
  • Les dispositifs de mise en images et les différents statuts de matériaux mobilisés dans les récits médiatiques (images amateurs, images de propagande, etc.)
  • La façon dont les événements terroristes inspirent la fiction et les productions culturelles (cinéma, séries télévisées, clips et chansons, etc.) ;
  • Les réactions des publics aux événements et la façon dont leurs discours circulent dans les médias ;
  • Les temporalités et les processus de mémorisation des attentats : surgissement de l’événement, temps du procès de leurs auteurs, commémorations par ou dans les médias, etc. ;
  • -etc.

Cette liste n’est pas exhaustive. Toutes les périodes, tous les espaces nationaux et tous les médias ou supports de médiation pourront être étudiés (libelles, presse, affiche, radio, télévision, cinéma, affiches, photos, chanson, web, réseaux sociaux, etc.).

Cet appel écarte en revanche deux pistes de réflexion trop vastes pour ce dossier : d’une part, la question des relations entre médias et terrorisme sans rapport direct à l’événement et ses répercussions ; d’autre part, celle de la propagande terroriste en tant que telle (fonctionnement, organisation, ressorts rhétoriques, stratégiques et idéologiques).

Bibliographie
Bugnon Fanny, Les « Amazones de la terreur » : sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot, 2015.
Cottret Monique, Tuer le tyran ? Le tyrannicide dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 2009.
Dayan Daniel (dir.), La Terreur spectacle. Terrorisme et télévision, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2006.
Ferragu Gilles, Histoire du terrorisme, Paris, Perrin, 2014.
Frau-Meigs Divina, Qui a détourné le 11 Septembre ? Journalisme, information et démocratie aux Etats-Unis, Louvain-la-Neuve, De Boeck/INA, 2005.
Garcin-Marrou Isabelle, Terrorisme, médias et démocratie, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2001.
Lefébure Pierre, Sécail Claire (dir.), Le défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats, Paris, Lemieux éditeur, 2016.
Sommier Isabelle, Le terrorisme, Paris, Flammarion, 2000.
Truc Gérôme, Sidérations. Une sociologie des attentats, Paris, Puf, 2016.

Coordination
Maëlle Bazin, Université Paris 2 Panthéon-Assas (CARISM)
Gilles Ferragu, Paris Ouest-Nanterre-La Défense (ISP)
Claire Sécail, CNRS (LCP-IRISSO)

Modalités pratiques
Les propositions (titre, mots-clés, résumé en 3 000 signes maximum, affiliation) sont à adresser aux trois coordinateurs du numéro avant le 30 avril 2018.
Maëlle Bazin : bazinmael@gmail.com
Gilles Ferragu : gilles.ferragu@u-paris10.fr
Claire Sécail : claire.secail@dauphine.fr

Elles seront ensuite évaluées en double-aveugle par le comité de rédaction de la revue ainsi que par des experts extérieurs.
Les articles (35 000 signes environ) devront être envoyés pour le 1er décembre 2018.
Ils devront respecter les normes de publication de la revue : http://www.histoiredesmedias.com/-Normes-de-publication-.html

Calendrier prévisionnel
30 avril 2018 : date limite d’envoi des propositions
Mi-mai 2018 : sélection et retour vers les auteurs
1er décembre 2018 : envoi des textes par les auteurs – évaluation
Février 2019 : retour vers les auteurs pour éventuelles modifications
Fin avril 2019 : envoi des textes modifiés par les auteurs
Automne 2019 : parution du numéro

Discours post-attentats

Mots. Les langages du politique
Appel à articles

Dossier
Discours post-attentats

Parution : automne 2018

http://mots.revues.org/22920

Les attentats qui ont ensanglanté la France ces derniers mois ont suscité au niveau politique des réactions qui, une fois surmontée la « sidération » première, ont été doubles : d’une part les dirigeants ont répondu par l’action publique avec des dispositifs visant à renforcer la sécurité dans les lieux publics et à démanteler les filières terroristes ; d’autre part ils ont apporté des réponses symboliques au fil de déclarations marquées par le souci de prôner le rassemblement, de rendre hommage aux victimes, et de rappeler leur détermination à lutter contre le terrorisme. Au-delà de la sphère strictement politique, les prises de parole se sont multipliées pour dénoncer, s’indigner, compatir, mais aussi pour tenter de comprendre ou d’expliquer. Intellectuels, militants ou simples citoyens « concernés » : tous ont pris part à ce qui s’apparente à une immense conversation sociale sur le sens des attentats et la réponse qu’il convient de leur apporter. Les médias ont imposé dans cette conversation un certain nombre de cadrages qui ont contribué à fixer le sens des événements et à les charger émotionnellement. Le choix des mots et des formules, la rhétorique des images, les mises en récit à diverses échelles (depuis la micro-trajectoire d’un terroriste jusqu’à la géopolitique mondiale), tout cela mérite d’être interrogé du point de vue de l’analyse du discours et plus généralement des sciences humaines et sociales.

L’objectif de ce dossier est d’analyser ces discours post-attentats en explorant par exemple les pistes de recherche suivantes :

– Les situations d’attentats sollicitent des registres discursifs multiples : rhétorique de l’émotion vs. argumentation plus étayée ; compassion vs. appel à la mobilisation. Quelles ont été précisément les émotions sollicitées en réaction aux attentats que la France a connus en 2015 et 2016 ? Tristesse et compassion ? Colère et indignation ? Quels sont les différents marqueurs de ces émotions ? Peut-on parler dans de telles circonstances de gouvernement des émotions, voire de gouvernement par les émotions ? On pourra s’intéresser aux catégories stéréotypées convoquées pour commenter ces registres.

– Les discours post-attentats donnent à voir un large consensus quant à l’illégitimité de la violence utilisée et à la nécessité de se rassembler. Les politiques concourent à ce consensus en appelant les citoyens à se rassembler et en invitant chacun à se sentir concerné par les évènements en même temps qu’ils l’utilisent comme une ressource politique venant conforter leurs positions de pouvoir. Quelle est l’économie discursive de cet appel au consensus ? Comment la dénonciation de la violence s’y organise-t-elle ? Quelle place y jouent les émotions, et lesquelles ? Quels en sont les ressorts linguistiques ? Les marqueurs partisans y sont-ils totalement évacués au profit d’une rhétorique adossée aux très consensuelles « valeurs de la République » ?

– Les attentats sont dénoncés, mais ils sont aussi expliqués. Quelles sont les grilles de lecture et les types d’arguments mobilisés dans ces discours explicatifs ? Intellectuels, chercheurs, journalistes, politiques, mais aussi simples citoyens (dans les courriers qu’ils peuvent adresser à des journaux ou sur les réseaux sociaux) proposent des lectures du djihadisme qui, en simplifiant, mettent tantôt l’accent sur la géopolitique internationale, tantôt sur les lignes de fracture internes à la société française. Quels sont les arguments des uns et des autres, et comment le discours explicatif se déploie-t-il ? Qui est autorisé, ou s’autorise, à intervenir sur de telles questions ? De quelle manière le débat public se constitue-t-il autour d’elles et quelle place y occupe les acteurs périphériques du champ politique ? Ce débat renforce-t-il au final le consensus orchestré par les pouvoirs publics ou le fragilise-t-il au contraire ?

– L’orchestration gouvernementale des réactions aux attentats trouve sa limite dans la force des initiatives plus ou moins spontanées au travers desquelles les citoyens disent et manifestent leur émotion, que ce soit en place publique, dans la rue, ou sur les réseaux sociaux. La constitution de mémoriaux éphémères en hommage aux victimes, à côté des innombrables fleurs, bougies et objets divers chargés d’une dimension symbolique (crayons et stylos après les attentats de janvier 2015, instruments de musique et bouteilles de bière après ceux du 13 novembre 2015, ours en peluche après ceux de Nice en juillet 2016) laisse une large place à des écrits de toutes formes. Là encore, il y a matière à analyse. Quels discours s’organisent au travers de ces écrits ? Quelle en est la portée et qui en sont les porteurs ? Quels en sont aussi les topoï ? En quoi ces discours incarnent-ils une « voix du peuple » ou un « contre-discours » par rapport aux discours gouvernementaux ?

– Enfin, réagir au terrorisme par la prise de parole ne va pas de soi. Le silence peut être considéré, eu égard à la gravité des événements, comme une réponse plus adéquate (en témoignent les minutes de silence). Le temps peut sembler aussi être davantage à l’action qu’aux discours et aux débats. Un premier ministre a par exemple pu s’inquiéter d’une démarche qui consisterait à trop complaisamment à « comprendre » le recours au terrorisme (« Expliquer, déclarait Manuel Valls, c’est déjà vouloir un peu excuser ») au lieu d’agir à son encontre. Alors que le débat est la norme en démocratie, comment peut-il, en ces circonstances exceptionnelles, être ainsi frappé de suspicion ? Comment ce vieux clivage opposant les actes aux paroles peut-il être réactivé pour justifier des décisions « énergiques » réputées plus efficaces que les « discours » ?

Références

Ballet Marion, 2012 : Peur, espoir, compassion, indignation : l’appel aux émotions dans les campagnes présidentielles, Dalloz.

Baudot Pierre-Yves, 2015 : « Le 11-janvier : crise ou consensus ? », La Vie des idées, http://www.laviedesidees. fr/Le-11-janvier-crise-ou-consensus.html

Boussaguet Laurie et Faucher Florence, « Mobiliser des symboles pour répondre au terrorisme : l’exécutif français face aux attentats de 2015 à Paris », 2016 : LIEPP Policy Brief, n°28, http://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/6ndhje5f5f89trlj1s95p1phgt/resources/2016-faucher-mobiliser-des-symboles.pdf?_ga=1.173107107.1427966530.1486419606

Braud Philippe, 1996 : L’émotion en politique, Presses de Sciences Po.

Cabasino Francesca, 2004 : « Les attentats du 11 septembre : émotion et raison dans la presse en France et en Italie », Mots, n°75, p. 21-33.

Chowanietz Christophe, 2010 : “Rallying around the Flag or Railing against the Government? Political Parties’ Reactions to Terrorist Acts”, Party Politics, vol.17, n°5, p.673-98.

Closs Stephens Angharad et Vaughan-Williams Nick (dir.), , 2009 : Terrorism and the politics of response, Londres/New York, Routledge.

Dayan Daniel (dir.), , 2006 : La Terreur spectacle : terrorisme et télévision, Bruxelles, De Boeck.

Deluermoz Quentin, Fureix Emmanuel, Mazurel Hervé, Oualdi M’hamed, « Ecrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’Histoire du XIXe siècle, 2013, n° 47, p. 155-189.

Faure Alain et Négrier Emmanuel, 2017 : La politique à l’épreuve des émotions, Rennes, PUR.

Fraenkel Béatrice, 2002 : Les Écrits de septembre : New York 2001, Paris, Textuel.

____, 2015 : « Les promesses de la mémoire : retour sur les écrits du 9/11 », EspacesTemps.net  : http://www.espacestemps.net/articles/les-promesses-de-memoire/

Fragnon Julien, 2006 : « Le recours aux affects ou une première réponse à la précarité du monde », Médiatiques. Revue et société, n° 39, p. 48-51.

____, 2007 : « Quand le 11-Septembre s’approprie le onze septembre : entre dérive métonymique et antonomase », Mots, n°85, p. 83-95.

Garcin-Marrou Isabelle, 2001 : Terrorisme, médias et démocratie, Lyon, PUL.

Gerhards Jürgen et Schäfer Mike S., 2014 : « International terrorism, domestic coverage? How terrorist attacks are presented in the news of CNN, Al Jazeera, the BBC, and ARD », International Communication Gazette, vol. 76, n°1, p. 3-26.

Latté Stéphane, 2015 : « Le choix des larmes : la commémoration comme mode de protestation », Politix, n° 110, p. 7-34.

Lefébure Pierre et Sécail Claire (dir.), 2016 : Le Défi Charlie : les médias à l’épreuve des attentats, Paris, Lemieux éditeur.

Lefranc Sandrine et Mathieu Lilian, Mobilisations de victimes, PUR, 2009, p. 183-190.

Micheli Raphaël, 2010 : L’émotion argumentée : l’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français, éd. du Cerf.

Micheli Raphaël, 2014 : Les émotions dans le discours : modèle d’analyse, perspectives empiriques, de Boeck.

Moirand Sophie, 2016 : « De l’inégalité objectivisée à l’inégalité ressentie et aux peurs qu’elle suscite : les réfugiés pris au piège de l’identité », Revista de Estudos da linguagem, vol. 24, n°3.

Moirand Sophie, 2007 : Le discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, PUF.

Mots, 2004 : Émotions dans les médias, n° 75, ENS éd., juillet 2004.

Née Émilie, 2012 : L’insécurité en campagne électorale, Champion.

Niemeyer Katharina, 2011 : De la chute du mur de Berlin au 11 Septembre 2001. Le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire, Lausanne, Antipode, 2011.

Plantin Christian, 2011 : Les bonnes raisons des émotions : principes et méthode pour l’étude du discours émotionné, Peter Lang, Berne.

Ramel Frédéric, 2004 : « Presse écrite et traitement immédiat du 11 septembre : un imaginaire occidental réactivé ? », Mots, n°76, p. 113-126.

Sánchez-Carretero Cristina (ed.), 2011 : El Archivo del duelo : análisis de la respuesta ciudadana ante los atentados del 11 de marzo en Madrid, Madrid, CSIC.

Sánchez-Carretero Cristina, “The Madrid Train Bombings: Enacting the Emotional Body at the March 11 Grassroots Memorials”, in Margry, P. J. and Sánchez-Carretero, C. (ed.), 2011 : Grassroots Memorials. The Politics of Memorializing Traumatic Death. New York: Berghahn, p.244-261.

Simko Christina, 2015 : The Politics of Consolation. Memory and the Meaning of September 11, Oxford, Oxford University Press.

Traïni Christophe, (dir.), 2009 : Emotions… mobilisation !, Presses de Sciences po.

Truc Gérôme, 2016 : Sidérations : une sociologie des attentats, PUF.

Veniard Marie, 2017/sous presse, « La presse face aux attentats terroristes : usages journalistiques du mot guerre (2015) », Mots, Varia.

Wrona Adeline, 2005 : « Vies minuscules, vies exemplaires : récit d’individu et actualité. Le cas des portraits of grief parus dans le New York Times après le 11 septembre 2001 », Réseaux, n°132, p. 93-110.

Modalités de soumission

Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 45 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 20 000 signes tout compris). Les auteurs devront soumettre aux trois coordinateurs, avant le 15 octobre 2017, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux trois coordinateurs avant le 10 janvier 2018. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinateurs du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard fin mars 2018, après délibération du Comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinateurs avant le 15 mai 2018.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue https://mots.revues.org/76. Ils devront être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinateurs :

Christian Le Bart, IEP Rennes, lbrt35@club-internet.fr

Gérôme Truc, CNRS-ISP, gerome.truc@cnrs.fr

Emilie Née, Paris 12, CEDITEC, emilie.nee@u-pec.fr

La mémorialisation des attentats

Séminaire 2016 – 2017 « Mémoires et usages publics du passé »

La mémorialisation des attentats
Vendredi 2 juin 2017

10h30 – 17h
Sciences Po, salle du Conseil
13 rue de l’Université 75007 Paris


10h30 – 12h30. Le cas parisien entre archives et ethnographie

Gérôme Truc (ISP-CNRS/Université Paris Nanterre/ENS Paris Saclay) : Des réactions aux attentats à leur mise en mémoire : retour sur le projet REAT

Sylvain Antichan (ISP) et Maëlle Bazin (CARISM – Université Paris Panthéon-Assas) : Mémoriaux éphèmères des attentats, Paris 2015-2016

14h30 – 17h. Comparaisons internationales et méthodologiques

Ana Milosevic (KU Leuven) : Bottom-up memorialization of the 2016 Brussels attacks

Charlotte Heath Kelly (University of Warwick) : Memory and Mortality at the bombsites

Ouverture de la discussion générale par Sarah Gensburger


Contact
: Marie-Claire Lavabre (mlavabre(at)u-paris10.fr)

En co-organisation avec : Michèle Baussant (michele.baussant(at)mae.u-paris10.fr), Sarah Gensburger (sgensburger(at)yahoo.fr), Julie Lavielle (julie.lavielle(at)gmail.com)

Pour des raisons de sécurité qui ne sont pas de notre ressort, inscription obligatoire avant le mercredi 31 mai àl’adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/ZMJ96LS