Le projet REAT

Ce carnet de recherches est animé par l’équipe du projet REAT (« La Réaction sociale aux attentats : sociographie, archives et mémoire »), soutenu par le CNRS dans le cadre du programme « attentats-recherche ».

Objectifs et chantiers de recherche

L’objectif du projet REAT est de produire une sociographie fine des réactions suscitées dans la société française par les attentats de janvier et novembre 2015.

Ce faisant, il entend contribuer à une meilleure compréhension de ce que les attentats font aux sociétés où ils surviennent, au-delà de ce qui relève de leur traitement médiatique et des réponses politiques qui y sont apportées, et à un affinement des concepts dont disposent les sociologues pour en rendre compte.

Ce projet articule à cette fin trois volets empiriques :

  • des enquêtes ethnographiques menées auprès des lieux des attentats et des quartiers frappés, ainsi que dans une commune de la banlieue parisienne indirectement liée aux événements ;
  • une analyse à la fois quantitative et qualitative des modalités de réaction aux attentats sur les réseaux socio-numériques ;
  • une étude des hommages aux victimes déposés sur les lieux des attentats et des autres messages de soutien collectés à la suite des attentats. Sur ce dernier plan, le projet REAT se conçoit plus particulièrement comme une entreprise de valorisation scientifique du travail entrepris par les archives de Paris à la suite des attentats du 13 novembre 2015.

Inspiré du travail réalisé par l’équipe de l’« Archivo del Duelo » au Centro Superior de Investigaciones Científicas après les attentats de Madrid en 2004, ainsi que d’autres recherches du même type menées aux États-Unis après le 11-Septembre et au Royaume-Uni après les attentats de Londres en 2005, il vise enfin à structurer en France un groupe de travail sur la question des réactions sociales aux attentats en vue d’engager à plus long terme des échanges internationaux sur cette thématique de recherche.

Responsable du projet :

  • Gérôme Truc : chargé de recherche au CNRS, rattaché à l’Institut des Sciences sociales du Politique (CNRS / ENS Paris Saclay / Université Paris Nanterre) et enseignant au département de sciences sociales de l’ENS Paris Saclay

Chercheurs participant au projet :

  • Sarah Gensburger : chargée de recherches au CNRS, rattachée à l’Institut des Sciences sociales du Politique
  • Fabien Truong : professeur agrégé au département de sociologie de l’Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis, membre de l’équipe ETT du Centre Maurice Halbwachs (EHESS / ENS / CNRS)
  • Sylvain Antichan : post-doctorant Labex « Les Passés dans le présent », rattaché à l’Institut des Sciences sociales du Politique
  • Maëlle Bazin : doctorante à l’Institut Français de Presse (Université Paris II – Panthéon Assas), rattachée au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaires sur les Médias
  • Sandrine Clérisse : Ingénieure d’études CNRS, rattachée à l’Institut des Sciences sociales du Politique
  • Delphine Griveaud : doctorante à l’Université Paris Ouest Nanterre, rattachée à l’Institut des Sciences sociales du Politique
  • Solveig Hennebert : doctorante à l’Université Lumière Lyon 2, rattaché au Triangle
  • Brian Chauvel : doctorant à l’EHESS

 

 

 

 

 

 

 

Actualités de la recherche en sciences sociales sur les réactions aux attentats