Archiver les médias sociaux : enjeux et perspectives pour la recherche

Compte rendu du colloque « Pérenniser l’éphémère. Archivage et médias sociaux », organisé par l’Université Catholique de Louvain, 9-10 mai 2016.

capture-decran-2016-11-17-a-10-22-32

Au delà de la numérisation des documents physiques, qui a connu un essor rapide à partir du milieu des années 1990, les archivistes sont confrontés aux enjeux imposés par les NTIC, notamment avec le développement des réseaux sociaux, d’une part comme nouveaux outils de communication, d’autre part comme matériaux susceptibles d’intégrer leur fond. En effet, la production issue du web 2.0 s’est considérablement développée, obligeant les archivistes à prendre en compte ces nouvelles formes d’expression. Faute de temps, de moyens financiers, techniques ou humains, ces professionnels se trouvent parfois désemparés ou dépassés dans l’exercice de leurs fonctions face à ces documents particuliers. Le numérique reconfigure ainsi les activités de collecte, de traitement, de conservation, de description, de classement et de valorisation. Face à l’immensité de la tâche, c’est toute la communauté archivistique qui doit s’adapter et imaginer des méthodes et approches innovantes. Le défi est d’autant plus important que les documents natifs numériques se caractérisent par leur nature éphémère et par une dynamique de flux. Les archivistes doivent également faire face à une masse de documents inédite, si la question du traitement des données massives existait dès 1950, ces problématiques se sont accélérées et accentuées avec le web. « La responsabilité pour le contrôle et la gestion de l’accroissement continu du patrimoine revient donc aux archivistes. Il s’agit sans doute de la plus délicate et de la plus complexe de leurs fonctions » (Les écrits s’envolent, Charles Kecskeméti et Lajos Körmendy, p. 44). Dans le même temps, des chercheurs de disciplines diverses, sociologie, histoire, sémiologie, droit, entre autres, s’intéressent à ces fonds et constituent également leurs propres corpus de contenus numériques en mobilisant des stratégies d’extractions ou de captures.

Consulter le programme du colloque

Le colloque « Pérenniser l’éphémère. Archivage et médias sociaux » s’est déroulé dans la ville universitaire belge de Louvain-La-Neuve, du 9 au 10 mai 2016, avec une première journée d’interventions et de débats présentant les premiers résultats d’études scientifiques sur des documents numériques, des approches méthodologiques et théoriques, ainsi que des projets de collectes, suivie d’une seconde demi-journée d’ateliers formatifs. L’université catholique de Louvain organise chaque année depuis 2001 des Journées des Archives pour échanger sur les matières de l’archivistique générale et spécialisée. Cette 16e édition avait pour objectif d’interroger la nature du patrimoine numérique issu des réseaux sociaux (éphémère) et son devenir (pérenniser). De la théorie à la pratique, tous les tweets de ces journées ont d’ailleurs été archivés, #jdalln2016. Le public du colloque était majoritairement constitué d’étudiants et de chercheurs d’universités belges (Université catholique de Louvain, Université de Namur, Université Libre de Bruxelles) et de professionnels du milieu archivistique (archives publiques, musées, bibliothèques).

Dans le discours d’ouverture, Aurore François et Anne Roekens ont présenté les résultats d’une petite enquête réalisée auprès d’une quarantaine d’étudiants de l’Université catholique de Louvain sur la perception des médias sociaux. La plupart des interrogés jugent sévèrement le contenu publié, considérant une grande partie comme « inintéressante », tout en valorisant la parole des « anonymes » sur ces espaces. Si les étudiants semblent conscients de la nature plurielle et nébuleuse des médias sociaux, ils occultent cependant le caractère réticulaire et le modèle d’affaires qui les sous-tend. Enfin, les étudiants interrogés ont peu de recul sur l’utilisation potentielle de leurs données personnelles en ligne, et sur la teneur et le volume que celles-ci représentent. A l’issu de cette présentation, Aurore François et Anne Roekens ont relevé trois problématiques principales soulevées par les réseaux sociaux : le « Comment » (les méthodes de collecte et d’extraction, les capacités de stockage), les potentialités (la valeur et le sens de ces données, sources ou matériaux pour la recherche) et les questions juridiques (droit d’auteur, droit à l’oubli, respect de la vie privée).

L’accès aux médias sociaux : des conditions très strictes (et très couteuses)

Les médias sociaux sont avant tout des entreprises à vocation commerciale, dont une part des profits provient de la vente des données personnelles (revente des profils avec les données qu’ils contiennent : sexe, âge, loisirs, préférences sexuelles, etc.). La collecte et l’utilisation des données sont donc fortement verrouillées, et l’accès, que se soit pour un organisme de recherche ou une entreprise publicitaire, nécessite la signature d’un chèque dont le montant reste inabordable et rédhibitoire pour la grande majorité des intéressés. De plus, en fonction de l’API (Application Programming Interface) utilisée les données récoltées diffèrent, et le peu de publications scientifiques concernant Facebook provient de l’impossibilité à collecter des flux d’information de ce réseau social de la même manière que sur Twitter (le nombre d’interventions lors du colloque portant sur un corpus de tweets est assez révélateur des plus grandes facilités d’accès à ce dernier). En outre, s’il existe des moyens de conservation des médias sociaux, ils sont majoritairement concentrés dans le secteur privé. « Malheureusement, pour des raisons de secrets industriels, leurs méthodes de préservation des médias sociaux ne sont pas diffusées. Il n’empêche que pour les archivistes et gestionnaires de documents d’activités ne possédant que des moyens modestes, les médias sociaux demeurent un mystère complet »1. A ce jour, il existe une seule entente entre une institution à vocation non-commerciale et une plateforme de média social : le partenariat entre Twitter et la Librairie of Congress (LoC), la bibliothèque nationale américaine.

Twitter et la Librairie du Congrès ont annoncé leur collaboration le 1er avril 2010. L’objectif ? Ni plus ni moins que d’archiver la totalité des tweets publics publiés sur le réseau social à l’oiseau bleu. Quid de l’opération ? Six ans plus tard les fonds ne sont toujours pas accessibles. Dès le début de la collecte, de nombreuses voix se sont élevées pour questionner voire s’opposer à ce projet. Jean-Daniel Zeller a ainsi présenté les obstacles techniques et archivistiques majeurs posés par ces archives2. Premièrement, la grande volumétrie de ces documents : rien que le premier versement représentait déjà plus du double du volume archivistique déjà présent à la bibliothèque. La massivité du fond tient à l’abondance des métadonnées, à titre d’exemple, en 2015, l’aspiration d’une donnée représentait 576 To pour seulement 36 To concernant le tweet en lui-même. Deuxièmement, la protection de la vie privée, les clauses contractuelles de Twitter ne mentionnent pas cette possibilité d’archivage, et le droit à l’oubli, la suppression rétrospective de tweets ne peut pas être appliquée a posteriori sur le fond. Troisièmement, le flou concernant l’accès à ces données : les archives seraient ouvertes uniquement aux chercheurs de « bona fide », cependant l’institution ne donne aucune précision sur cette notion de « bonne foi ». Ce fond de tweets soulève donc de multiples questions – souvent interdépendantes – aussi bien techniques, juridiques que sémantiques, qui se transforment, pour une part, en entraves au traitement et à la valorisation de ces documents.

C’est d’ailleurs sur les questions juridiques que Cécile de Terwangne et Séverine Dussollier ont consacré leur intervention. En effet, le libre accès des contenus postés sur Internet ne signifie pas pour autant que leur utilisation n’est pas soumise à réglementation. Depuis quelques années, il y a eu de nombreux litiges concernant la publication de contenus issus de médias sociaux, et souvent auprès de médias traditionnels (diffusion de la capture d’écran d’un tweet ou d’un post Facebook sans que l’identité soit anonymisée par exemple). Droit de la propriété intellectuelle, protection de la vie privée, droit d’auteur, droit à l’oubli, droit de déférencement, les protections légales sont multiples, et certains points concernant directement les usages faits dans le cadre de la recherche sont relativement flous. L’archivage des réseaux sociaux distingue la partie « privée », protégée par le secret des « communications », et la partie « publique », conditionnée par un effet de balancier entre le droit à la vie privée et le droit du public à l’information.

Le chercheur face au patrimoine numérique

Frédéric Clavert a présenté les premiers résultats d’un projet de recherche sur les échos du Centenaire de la Première Guerre mondiale sur Twitter. Avril 2016, le corpus était constitué de plus de 2 millions de tweets3 multilingues (français, anglais, allemand) répartis sur 500 000 comptes (individus, institutions mémorielles, médias, projets de recherche) à partir d’une sélection d’une vingtaine de mots clefs, notamment #WWWI (qui recouvre plus de 50% des tweets), #WWWi, #verdun, #WWWiCEntuary ou encore #1GM. L’objectif de cette collecte est de permettre aux chercheurs de « comprendre les relations entre mémoire et histoire, de prendre conscience du rôle des politiques de communication des institutions mémorielles, de scruter les usages du passé par les citoyens, de comparer des aires linguistiques et leurs mémoires respectives ». Les premiers résultats ont permis d’identifier les pics de publication et les zones de provenance : les tweets émanent majoritairement de l’aire anglo-saxonne sauf pour le 11 novembre qui est essentiellement français. Concernant ce dernier, Frédéric Clavert relève que la date d’anniversaire de l’Armistice a été beaucoup moins politisée en 2015 qu’en 2014, avec la vive critique de l’action du collectif « Hollande démission » menée par David-Van Hemelryck, à Notre-Dame-de-Lorette, quelques heures avant l’inauguration du mémorial « L’anneau de la mémoire » par le président de la République. En outre, il a relevé deux corpus principaux sur ces aires linguistiques : d’une part, pour les francophones la référence aux poilus, et d’autre part, le champ de bataille pour les anglophones (qui s’explique par le non rapatriement des corps des soldats pendant la guerre obligeant les familles à se recueillir directement sur les lieux de décès). Pour les différences par pays ou par langue, cette étude a montré une spécificité des tweets français marquée par une utilisation diversifiée des hashtags, soit en multipliant les entrées possibles, soit en choisissant un mot clef très précis, soit en n’ayant recours à aucun hashtag (il cite en exemple le musée de l’Armée des Invalides), contrairement aux anglo-saxons qui s’inscrivent dans des usages plus rigoureux en se référant majoritairement au mot clef #WWW1. Enfin, il observe que les réseaux sociaux n’ont pas bouleversé les pratiques mémorielles, ce qui corrobore des constats déjà établis en sociologie des usages du numérique. Frédéric Clavert a mis en avant les problèmes méthodologiques rencontrés, le principal étant de faire face à un flux constant d’informations. Il fait appel à deux notions la « lecture distante » et « macroscope ». Il mentionne également l’influence du choix de l’API sur les résultats, puisque celle-ci configure en partie la nature des données récoltées. A ce titre, l’API Search de Twitter permet un historique des tweets de seulement quelques jours en arrière, et limité à 3 000 tweets par heure. Enfin, il a abordé la question de la légitimité des différents auteurs : Est-ce qu’un compte peut être plus légitime qu’un autre ? Comment établir des catégories ? Sur quels critères évaluer l’autorité d’un auteur ?

L’intervention d’Alexandre Turgeon a apporté un autre exemple d’usage des sciences informatiques dans les sciences humaines et sociales, et des difficultés méthodologiques rencontrées. Chercheur postdoctoral au Département d’histoire de l’Université d’Ottawa, il travaille lui aussi sur les liens entre histoire, mémoire collective et Twitter. Il a suivi les débats qui ont accompagné le conflit des étudiants québécois de 2012, connu sous le nom de « Printemps érable », et la campagne électorale qui l’a précédé. Sur une période de quatre mois (du 16 mai au 12 septembre 2012), il a recueilli plus de 6 000 tweets en focalisant sa recherche sur les références portant sur deux périodes historiques majeures : la Grande Noirceur (les quinze années d’après-guerre pendant lesquelles Maurice Duplessis exerçait son second mandant de premier ministre) et la Révolution tranquille. Ces époques ont en effet constitué une trame narrative simple mais efficace lors des débats, sous des formes diverses (caricatures, discours politiques, journaux), largement mobilisée par les journalistes et fortement retweetée. « Ces deux mythistoires occupent une place de choix dans l’imaginaire collectif des Québécois. Ils articulent une conception dichotomique du passé où l’année 1960 apparaît comme une fracture entre deux temps et deux mondes ». La difficulté de son terrain provient de la circonscription du phénomène et de l’identification des termes permettant de relever les tweets ayant vocation à intégrer son corpus. En effet, ces « mythistoires » n’ont pas donné lieu à des hashtags, c’est en croisant ses connaissances historiques et sa compréhension des modalités d’échanges et de publications sur les réseaux sociaux qu’il a pu établir un lexique mémoriel composé de vingt neuf mots clefs. Alexandre Turgeon a mis en avant les difficultés sur l’archivage des tweets référencés : limite d’accès aux archives de tweets, manque de compétences, nécessité d’agir dans l’urgence, contamination par l’usage personnel de ces hashtags (création d’un compte propre et verrouillé – qui a d’ailleurs été repéré comme un compte de chercheur par un internaute), caractère fastidieux du recensement.

Alors même que les chercheurs utilisent les réseaux sociaux comme moyen d’information et de valorisation de leurs travaux scientifiques, ils sont confrontés à des défis méthodologiques importants lorsque les publications sont traitées comme des matières premières pour une étude scientifique. Les chercheurs doivent acquérir des compétences en sciences de l’informatique pour faire face à ces objets : assimiler un vocabulaire technique, se former à des logiciels d’extraction et de fouille de texte, bénéficier d’espace de stockage, etc. Un apprentissage qui reste difficile compte-tenu de la nécessité d’agir dans l’urgence sur ces corpus de flux, de la mal connaissance des institutions qui archivent ces données et du manque de collaboration entre les chercheurs, les archivistes, les bibliothécaires et les professionnels de l’informatique.

A ce titre, Alexandre Garcia, chef de projet de la Division des archives et de la gestion de l’information du Comité international de la Croix-Rouge, a présenté le collectif « Les Archiveilleurs » dont il est le cofondateur. Ce collectif d’archivistes francophones partage les résultats de sa veille technique et documentaire sur Internet (distribution par newsletter, agrégateur RSS, Twitter et Facebook), et s’inspire d’une autre initiative française, les « bibliothécaires bibliobsédés ». Il s’inscrit comme complément aux offres institutionnelles et vise à participer au développement professionnel de la communauté archivistique.

Enfin, l’un des points méthodologiques importants abordés lors de ce colloque concerne la question de l’intégrité archivistique, autrement dit de la prise en compte au cours de l’analyse du contexte et du co-texte des productions issues des médias sociaux. « L’intégrité des archives, c’est-à-dire le fait qu’une archive ne doit pas être modifiée pour garder sa valeur, figure dans toutes les normes d’archivage et de conservation ; elle figure dans le code civil français depuis l’an 2000. Mais on la réduit trop souvent à l’intégrité physique du support, alors que l’intégrité archivistique, qui vise l’objet archivé dans son entier (support, contenu, contexte) est une notion plus fondamentale (« l’intégrité comme une complétude » dit Lajos Körmendy) ». Les publications doivent être replacées et pensées comme des agrégats, permettant la mise en lumière de l’influence des supports, des interactions entre les internautes ou l’interpénétration de l’univers des réseaux sociaux avec celui des médias traditionnels. Les publications sont dépendantes d’un environnement technique, social, économique et éditorial. De même, les supports conditionnent dans une certaine mesure les modes de consultation et les situations de réception. Pour que ce recul puisse être effectif, les institutions archivistiques doivent être transparentes sur les méthodes d’extraction et de traitement, en laissant aux chercheurs la possibilité d’identifier les biais inhérents à leur corpus.

Archives, réseaux sociaux et attentats

– Le dépôt légal en France : l’Ina et la BNF

La loi du 1er août 2006 inscrit, dans le Code du Patrimoine, le principe du dépôt légal de l’Internet ; pour tous « les signes, signaux, écrits, images, sons ou messages de toute nature faisant l’objet d’une communication au public par voie électronique ». Deux institutions sont dépositaires : la Bibliothèque Nationale de France et l’Institut National de l’audiovisuel.

Marie Chouleur, responsable du service du dépôt légal à la BNF, a présenté les opérations de collecte numérique menées par son service ainsi que les problèmes rencontrés. La BNF a trois missions centrales dans le cadre du dépôt légal : la veille, la collecte et la mise à disposition des chercheurs. Deux types de collectes sont mises en place : la collecte annuelle dite également réglementaire, qui archive de façon exhaustive sur le .fr et également sur une partie des sites en langue française (environ 7 millions de sites), mais qui est limitée à 2 300 url par domaine et seulement sur les pages d’accueil des plateformes ; et les collectes ciblées, dont les fréquences varient en fonction de l’actualité, jusqu’à 150 000 url par domaine, c’est dans ce cadre que certains comptes de réseaux sociaux peuvent être archivés. Le choix d’une collecte ciblée sur un réseau social dépend de multiples critères : du besoin des chercheurs, de la diversité et de la popularité des réseaux, de la notoriété des auteurs, de la multiplicité des opinions exprimées et de l’originalité des contenus ou des maquettes. En outre, un compte n’est pas sélectionné en lui-même, mais dans un ensemble, dans un « souci d’environnement ». Quatre plateformes sont suivies particulièrement : Facebook, Twitter, Wikipédia et Dailymotion. Les modes de production des médias sociaux soulèvent cependant certaines difficultés notamment dues au flux continu de données et à leur volume (difficultés techniques pour les robots de collecte notamment) et à la complexité des interactions entre les internautes. En outre, si l’ensemble des pages collectées est consultable à la BNF sous forme de captures d’écran, il est nécessaire de connaître l’adresse exacte de l’url. Un projet de recherche par mot-clé est cependant en cours d’élaboration.

Des opérations de collectes numériques ont été menées par la BNF et l’INA suite aux attentats de janvier et de novembre 2015 en France, par des campagnes ciblées et quotidiennes sur des url et des comptes Twitter. Dans le cadre de l’appel « Attentat recherche » du CNRS, deux projets sont en cours pour étudier ces fonds : le projet ASAP (Archives Sauvegarde Attentats Paris) et le projet REAT (Réaction Sociale aux Attentats).

Le projet ASAP dirigé par Valérie Schaeffer, et réalisé en partenariat avec les équipes de la BNF et de l’INA, a pour objectif de documenter la collecte du Web et de Twitter au cours des événements tragiques de 2015 et d’interroger les conditions et possibilités d’élaboration du corpus. C’est toute une réflexion autour de l’archivage du Web qui est en cours. (A lire l’entretien avec Thomas Drugeon, responsable du DL Web Ina sur les collectes post-attentats.)

Dans le cadre du projet REAT, Gérôme Truc et Sandrine Clérisse, en étroite collaboration avec l’Ina, analysent quantitativement et qualitativement le contenu des réactions aux attentats sur les réseaux socio-numériques (Twitter en particulier). En confrontant archives numérique et matérielle (documents collectés par les archives de Paris sur les lieux des attentats du 13-Novembre), ils cherchent à comparer les modalités de réactions aux attentats « en ligne » et « hors ligne », au travers notamment d’analyses lexicométriques.

– Le projet Charlie Archive d’Harvard

Un mois après les attentats de janvier 2015, les enseignants-chercheurs de l’université d’Harvard en collaboration avec la bibliothèque Widener aux Etats-Unis – qui détient à ce jour le plus grand système de bibliothèques privées dans le monde – ont créé un projet intitulé Charlie Archive. De ces réflexions communes est née, au cours de l’été 2015, une plateforme de collecte en ligne, toujours active en juillet 2016. L’objectif de ce site est d’archiver les réactions et les débats autour des attentats de janvier 2015 en France et à l’étranger : relation entre l’Etat, la religion et la société, le respect pour les croyances et les opinions, les questions concernant la liberté d’expression, les émotions autour des slogans « Je suis Charlie » et « Je ne suis pas Charlie », etc. Deux types de matériaux sont récoltés : des objets tangibles et des éphémères numériques, largement majoritaires (dessins, vidéos, caricatures, photos, pages web, tweets, etc.).

Lidia Uziel, chef de la Division des langues occidentales et bibliothécaire pour l’Europe de l’Ouest à la Bibliothèque de Harvard, et Lola Mirabail, responsable du département des services au public de la bibliothèque de Paris 8 et relais en France pour le projet, ont présenté ce fond d’archives.

Les modalités de collecte des documents s’organisent autour de quatre axes : un appel à contribution auprès du grand public avec un formulaire sur le site internet qui est soumis à une demande d’accord pour diffusion (un groupe de juristes de l’université a d’ailleurs travaillé sur la création d’une licence spécifique, basée sur une licence standard pour une distribution non commerciale du contenu numérique) ; une communication externe auprès des médias pour faire connaître le projet au grand public, à ce titre, les chercheuses ont pu relever une corrélation nette entre les publications journalistiques (Télérama, Le Monde, RFI, France Bleu, entre autres) et les versements de documents ; la constitution d’un réseau relationnel avec des institutions actives dans le domaine de la collecte des documents éphémères constitué de plusieurs archives municipales françaises (suite aux attentats de janvier les archives de Rennes, Toulouse et Saint-Etienne ont procédé à la collecte des hommages déposés sur les parvis des mairies des villes respectives) ; et la prise de contact avec des associations et des mouvements d’initiatives citoyennes (elles citent d’ailleurs le versement du fond photographique d’œuvres urbaines recensées par Marie Christian : Le street art est Charlie, 2015).

Les instigateurs du projet ont cependant rencontré plusieurs difficultés. Premièrement concernant le traitement et le catalogage : Comment classer ? Doit-on établir ou non des catégories ? Des interrogations qui avaient été déjà soulevées par les archivistes français, certains ayant privilégié un classement thématique, d’autres faisant le choix de ne pas établir de classement autre que par format pour ne pas biaiser celui-ci. Deuxièmement, des questions idéologiques : De quoi ce fond est-il le reflet ? Qui sont les dépositaires ? Tous les contenus quels qu’ils soient sont acceptés, même les propos racistes ou insultants, le fond se doit d’être représentatif de toutes les expressions ayant circulé suite aux attentats. Et dernièrement, des problèmes liés à l’aspect composite du fond et à sa constitution toujours en cours : Quand arrêter la collecte ? Comment intégrer la dimension temporelle dans la présentation du fond ?

Ce projet s’inscrit dans une tendance récente du département de langues occidentales à développer ses collections de recherches (publications scientifiques contemporaines) et à incorporer de façon grandissante des sources primaires, notamment des éphémères. Les collections des XXe et XXIe siècle, composées, pour une part, d’archives de documents liés à des évènements sociaux politiques du monde entier, sont l’un des objectifs actuels les plus importants. En outre, le corps enseignant d’Harvard cherche à incorporer de plus en plus des objets de ce type comme outils pédagogiques.

A ce jour, plusieurs projets de valorisation de ce fond sont en discussion : la création d’une bibliothèque numérique et d’une exposition virtuelle, ainsi que le développement de projets dans le domaine des humanités digitales.

Notes


1 David Saint-Germain et Charles-Edouard Drobecq, « Archiver les médias sociaux 1. Introduction », archivitesqc.org.

2 Pour son intervention, Jean-Daniel Zeller s’est appuyé sur deux articles : « What is Twitter, a Social Network or a News Media ? » de Michael Zimmer et « The Twitter Archives at the Library of Congress : Challenges for information practice and information Policiy » de Haewoom Kwak, Changhyun Lee, Hosung Park et Sue Moon.

3 A savoir que les bots informatiques constituent la majorité des retweets.

Références bibliographiques indicatives

Badouard Romain,  « « Je ne suis pas Charlie ». Pluralité des prises de parole sur le web et les réseaux sociaux », in Le défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats, Lemieux Editeurs, 2016, pp. 187-219.

Bermes Emmanuelle, Fauduet Louise, Peyrard Sébastien, « Une approche orientée données pour la préservation du numérique : le projet SPAR », WorldWorldLibrary and Information Congress : 76 h Ifla General Conference And Assembly, 2010, consultable en ligne : < http://www.ifla.org/past-wlic/2010/157-bermes-fr.pdf>.

Borelli Marguerite, Schafer Valérie, « Entretien autour des collectes d’urgence au moment des attentats de janvier et novembre 2015 avec Thomas Drugeon, responsable du DL Web INA », Paris, 21 mars 2016, carnet de recherche Hypotheses ASAP, consultable sur : <https://asap.hypotheses.org/173>.

Cardon Dominique, Cointet Jean-Philippe, Venturini Tommaso (dir.), Méthodes digitales. Approches qualit/quanti des données numériques, Réseaux, n°188, 2014, 276 pages.

Chevry Pébayle Emmanuelle (dir.), Valorisation des corpus numérisés, Les Cahiers du numérique, Vol. 8, 2012, 164 pages.
– Lemay Yvon, Klein Anne, « La diffusion des archives ou les travaux des archivistes à l’ère du numérique », pp. 15-48.

Delpièrre Nicolas, Hiraux Françoise, Mirguet Françoise, Les chantiers du numérique. Dématérialisation des archives et métiers de l’archiviste, Louvain-La-Neuve, Academia, 2012, 210 pages.

Delpière Nicolas, Hiraux Françoise, La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations. Enjeux et pratiques actuels, Louvain-La-Neuve, Academia, 2012, 190 pages.

Ertzscheidt Olivier, « Twitter : un patrimoine superflu(x) ? » [en ligne], affordance.typepad.com, 2010, consultable sur : <http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/05/twitter-le-patrimoine-du-superflux-.html>.

Fillieux Véronique, Honnore Laurent, Mirguet Françoise, Shoukens Cathy, Les archives. Diversité, nouveautés, besoins, Actes de la Première Journée des archives, organisée le 27 avril 2001, Louvain-La-Neuve, Academia-Bruylant, 2002, 98 pages.

Fleisch Frédérique, Friej Anita, Guyon Céline, Naud Dominique (dir.), Voyages extraordinairement numériques : 10 ans d’archivage électronique, et demain ?, La Gazette des archives, n°240, 2015, 417 pages.

Huchet Bernard, Illien Gildas, Oury Clément, « Le Temps des moissons. Le dépôt légal du web : vers la construction d’un patrimoine coopératif », Revue de l’Association des Bibliothécaires de France, n°52, 2010, pp. 28-31.

Kecskeméti Charles et Körmendy Lajos, Les écrits s’envolent : la problématique de la conservation des archives papier et numériques, Favre, 2014, 207 pages.

Kwak Haewoom, Lee Changhyun, Park Hosung, Moon Sue, « What is Twitter, a Social Network or a News Media ? », 2010, 10 pages.

Merzeau Louise, « La médiation identitaire » [en ligne], Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2012, consultable sur : < https://rfsic.revues.org/193>.

saint-germain David, drobecq Charles-Edouard, « Archiver les médias sociaux : 1. Introduction ; 2. Facebook ; 3. Twitter » [en ligne], archivistesqc.wordpress.com, 2014, consultable sur : < https://archivistesqc.wordpress.com/2014/03/14/introduction-archiver-les-medias-sociaux-partie-1/>.

Stenger Thomas et Coutant Alexandre (dir.), Ces réseaux numériques dits sociaux, Hermès, n°59, 2011, 212 pages.
Degenne Alain, « Retour à l’analyse des réseaux sociaux », Entretien réalisé par Thomas Stenger et Alexandre Coutant, pp. 39-42.

« Je suis Charlie », Archivistes !, n°113, Carnet de bord, 2015, pp. 16-19.

  • Rapports :

Scheffer Julie, « Médias sociaux et services d’archives. Étude relative à l’implication du réseau des Archives départementales et municipales dans les médias sociaux en France », Service interministériel des Archives de France, 2013, disponible sur : <http://www.culturecommunication.gouv.fr/var/culture/storage/pub/medias_sociaux_et_services_darchives/index.htm#/1>.

Stirling Peter et Illien Gildas (dir.), « La situation du dépôt légal de l’Internet en France : retour sur cette nouvelle législation, sur sa mise en pratique depuis cinq ans, et perspectives pour le futur », Ifla 2011, consultable sur : < http://www.ifla.org/past-wlic/2011/193-stirling-fr.pdf>.

Thomson D. Sara, « Preserving Social Media », rapport de la Digital Preservation Coalition, 2016, consultable sur : <http://www.dpconline.org/newsroom/latest-news/1616-capturing-the-conversation-new-report-highlights-the-need-to-preserve-social-media>.

« Internet : la jurisprudence de la Cour Européenne des droits de l’homme » [en ligne], juin 2015, Conseil de l’Europe, Division de la Recherche, 64 pages, consultable sur : < http://www.echr.coe.int/Documents/Research_report_internet_FRA.pdf>.

« White Paper on Best Pracices for the Capture of Social Media Records » [en ligne], National Archive and Records Administration, 2013, consultable sur : < http://www.archives.gov/records-mgmt/resources/socialmediacapture.pdf>.

Auteure : Maëlle Bazin


Une réflexion au sujet de « Archiver les médias sociaux : enjeux et perspectives pour la recherche »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *