La réception en Turquie des attentats de janvier et novembre 2015

Jean-François Pérouse, Isabelle Gilles, Anouck Gabriela Côrte-Réal Pinto, Clémence Scalbert-Yücel, Ceren Saran et Sergül Taşdemir

Ambiguïtés turques
La réception des attentats de 2015 en France dans les médias et réseaux sociaux turcs

Institut français d’études anatoliennes
coll. « La Turquie aujourd’hui » n° 25, 2017.

Après les différents attentats survenus en France en 2015, au-delà des réactions officielles convenues ou des réactions sincères de certains groupes sociaux et individus, on a pu constater dans l’opinion turque – du sommet de l’État aux milieux les plus modestes – comme une tolérance, si ce n’est une forme de compréhension, vis-à-vis des motivations supposées des auteurs de ceux-ci. Certaines convergences étranges d’un extrême à l’autre du spectre idéologique, dans la réception de ces événements, traduisent des affinités à la fois dans les modes de représentation de la situation contemporaine et les modes de positionnement face à celle-ci.

Ce dossier analyse les réactions turques aux attentats commis en France en 2015 contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher les 7 et 8 janvier et le 13 novembre à St Denis et dans les 10e et 11e arrondissements de Paris à travers une analyse de la presse et de Twitter.

L’objectif est d’identifier en priorité la gamme des réactions les plus dissonantes, de voir quels groupes sociaux et quels terreaux elles touchent, de déceler sur quelles argumentations elles reposent et comment elles peuvent circuler entre la Turquie et les communautés turques et/ou musulmanes d’Europe, et les djihadistes.

Consulter la Table des matières

>> Ouvrage disponible en libre accès sur Open Editon <<

 

Médias et attentats

Le Temps des médias. Revue d’histoire

Appel à articles

Dossier

Médias et attentats (titre provisoire)

Parution : automne 2019

Par l’attentat, le terroriste cible la destruction d’une figure ennemie mais, plus systématiquement, vise la médiatisation, recherche la visibilité, convoite la postérité par l’image pour atteindre son objectif politique. Mais les attentats qui surviennent sur le territoire d’une communauté nationale suscitent une couverture médiatique dont l’intensité ne fait généralement que répondre à un besoin accru d’information de la part des publics (Lefébure & Sécail, dir. 2016). Dès lors, comment informer sans faire le jeu de la propagande ? Depuis 2015, en France, la réflexion sur le traitement journalistique des attentats s’est intensifiée en réaction aux critiques exprimées par le régulateur de l’audiovisuel et par des citoyens isolés ou rassemblés dans le cadre d’associations de victimes. Il importe donc de considérer ce moment de médiatisation spécifique comme un objet à part entière (Garcin Marrou 2003, Dayan 2006, Bugnon 2015) et de comprendre, à la lumière de la longue durée historique, en quoi les attentats constituent un point de cristallisation des sociétés passées et présentes (Frau-Meigs 2005, Truc  2016).

Rétive à toute définition précise, la notion d’attentat renvoie à un spectre large d’événements dont les logiques singulières peuvent varier selon les contextes historiques, les moyens mis en œuvre par leurs auteurs et les finalités de l’acte. Des premiers tyrannicides dans la Grèce antique aux attaques terroristes à l’époque contemporaine, on retiendra ici une acception large du terme qui repose sur deux critères principaux : le surgissement de la violence dans l’espace public et la visée politique de l’acte. L’attentat terroriste, pour sa part, émerge plus spécifiquement dans le contexte révolutionnaire de la fin du XVIIIème siècle et induit un basculement de l’événement : l’enjeu n’est plus seulement la cible de l’attentat elle-même mais bien la désintégration d’un système politique existant, voire l’avènement d’un nouveau système. Au-delà de la singularité de ces « moments terroristes », une filiation existe donc bel et bien entre la « terreur » révolutionnaire de 1793-94, les actes de « propagande par le fait » des anarchistes au XIXème  siècle, les attentats d’extrême gauche ou d’extrême droite dans les années 1970, les attentats d’organisations indépendantistes ou encore le « terrorisme djihadiste » qui s’est intensifié depuis les années 2000.

Continuer la lecture de Médias et attentats

Mémorialisations immédiates des attentats

Revue Mémoires en jeu

N°4 – Dossier « Mémorialisations immédiates »

 

Lors des récents attentats terroristes en France, la mobilisation s’est trouvée associée à une volonté de mémorialiser les sites des crimes. Dans le même temps, de nombreux projets de recherche ont vu le jour pour archiver et analyser les témoignages, voire accompagner les victimes et les témoins. D’un côté comme de l’autre, on notait le souci de constituer une mémoire à la fois immédiate et en devenir de ce qui avait eu lieu. Ainsi, à tous les niveaux de la société française, les rapports entre cette violence, son analyse et l’édification de sa mémoire ont paru synchrones. Ce dossier rassemble les analyses des spécialistes de ces questions parmi les plus compétents, il propose également une approche comparative en interrogeant la réception d’autres événements terroristes récents (New York, Madrid, Londres, Bruxelles, Berlin).

Just after the recent terrorist attacks in France, the public reaction was very closely linked to a desire to memorialize the sites where the crimes had been perpetrated. At the same time, many research projects have been launched to archive and analyse testimonies, even to support the victims and witnesses. In both case, an attempt to elaborate a spontaneous as well as an evolving memory of what had happened is evident. As a result, at every level of French society, the relationship between this violence and efforts to understand it and to build a memory of it were strikingly simultaneous. This dossier brings together analyses by some of the leading specialists on these questions; it endeavours to explore, from a comparative perspective, the reception of other similar and recent events such as those in New York, Madrid, London, Brussels and Berlin.

Coordonné par Gérôme Truc, responsable du projet REAT, le dossier comporte plusieurs articles rédigés par des membres de ce projet ou des collaborateurs. Continuer la lecture de Mémorialisations immédiates des attentats

Loyautés radicales

Loyautés radicales
L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation

Fabien TRUONG

La Découverte – 238 p.

À la suite des attentats frappant notre pays à répétition, les mots se figent – entre « islamisation » et « radicalisation » – pour désigner un phénomène perçu comme une menace : le désir d’islam des « mauvais garçons » de la Nation. Immigrés de descendance, passés par la délinquance, musulmans par croyance : tel serait le portrait robot du nouvel extrémisme made in France. Dans cette enquête dense et sensible, nous embarquons avec Adama, Radouane, Hassan, Tarik, Marley et un fantôme dont le nom s’est brutalement imposé au monde : Amédy Coulibaly. Pour espérer comprendre la terreur, Fabien Truong fait le pari de revenir sur Amédy et sa « vie d’avant », en gagnant la confiance des vivants.

Aux bords de la ville, ces garçons apprennent à devenir des hommes en éprouvant des loyautés concurrentes. Envers leur quartier, leurs copains et les non-dits de l’histoire familiale. Mais aussi envers la Nation et son idéal méritocratique, et envers un capitalisme promouvant l’individualisme, la virilité et la compétition économique. Les contradictions affleurent, surtout quand l’économie souterraine, la police et l’absurdité du matérialisme ordinaire sont de la partie. La religion musulmane se dresse comme une dernière ressource pour s’en sortir sans trahir et combattre avec noblesse. S’engage une lente reconversion, autorisant l’introspection et le changement de direction. Mais aussi, parfois, une mise en scène spectaculaire qui transforme l’impasse en un cri de guerre.

En nous rappelant qu’apprendre à les connaître « eux », c’est finalement mieux « nous » comprendre, Loyautés radicales jette une lumière inédite sur le quotidien de ces jeunes hommes et sur les nouvelles formes de violence qui nous entourent collectivement, dans un monde où on ne naît pas guerrier, mais où on le devient.

Les musulmans de France face au terrorisme

Musulmans de France, la grade :éprlleso;ispan>

Vincent GEISSER, Omero MARONGIU-PERRIA, Kahina SMAÏL

L’Atelier – 312 p.

Toute première enquête sur les musulmans de France face au djihadisme, cet ouvrage veut déconstruire les préjugés sociaux, qui oscillent trop souvent entre la représentation d’un silence communautaire complice ou la vision idyllique d’une mobilisation musulmane massive. A l’heure où les polémiques s’enchaînent, où les émotions prennent le pas sur la raison, l’objectif des auteurs de cet ouvrage est précisément de rendre compte de la multiplicité des positions et des actions des musulmans de France face au djihadisme et de rendre compte des phénomènes de conscientisation citoyenne qu’a suscités le « défi terroriste » chez les citoyens français de confession musulmane.

Pour se faire, ils ont privilégié une enquête sociologique jouant sur différentes échelles (individuelle, collective, organisationnelle, etc.) et basée sur l’observation participante, des entretiens approfondis (une quarantaine), l’analyse des sites web et des pages personnelles sur les réseaux sociaux, mais aussi les prises de positions publiques en tant que « musulmans » à travers les tribunes de presse, les discours publics, les médias audiovisuels et les écrits autobiographiques.

Actualités de la recherche en sciences sociales sur les réactions aux attentats